English French
Ce site a été modifié le Samedi 07 Avril 2018 à 18:46 !!!

CAMEROUN : 23 biodigesteurs construits en 6 mois

Envoyer Imprimer PDF

Une étude sur les projets de mise en place de biodigesteurs fait le point sur le potentiel du Cameroun à développer des installations de ce type.

La restitution d'une étude de faisabilité pour la promotion et le développement du biogaz au Cameroun a eu lieu le 14 janvier 2010, dans la salle de conférences du ministère de l'Énergie et de l'eau (MINEE). Cette étude de faisabilité faisait suite à la définition, par le gouvernement camerounais, des termes de références l'année dernière. Débutée en juin 2009, cette étude est arrivée à son terme six mois après. Et les résultats semblent prometteurs.

Au total, 23 bio digesteurs (système permettant de produire du biogaz) ont été construits dans des ménages situés dans les régions du Nord (6), de l'Extrême Nord (4) et du Nord Ouest (13). Menée par une équipe de trois consultants (deux Népalais et un Camerounais), avec l'appui technique, matériel et financier de SNV Cameroon, cette étude a également permis de former 31 maçons dans la construction du bio digesteur. A ce jour, a révélé Duncan Campbell, directeur national de SNV Cameroon, plus des deux tiers des biosdigesteurs construits sont déjà opérationnels. Les autres sont encore à différentes étapes de leur mise en opération à savoir l'alimentation en matières fécales et l'installation des équipements divers.

Le Cameroun a les moyens et les potentiels pour promouvoir le développement à l'échelle nationale du biogaz (gaz produit à partir des matières organiques végétales ou animales). D'où l'intérêt particulier accordé par l'État dans la promotion des énergies renouvelables. En 2005 déjà, le gouvernement avait procédé à l'élaboration d'un plan d'action national d'énergie pour la réduction de la pauvreté (PANERP). A l'horizon 2016, le PANERP projette que 30% des populations pauvres des zones rurales et 60% de celles des zones périurbaines pourront avoir accès aux services énergétiques pour les usages domestiques. Et qu'au moins 40% des systèmes d'approvisionnement en services énergétiques le seront à partir des sources locales et renouvelables.

  • Coût onéreux

« Aujourd'hui, le nécessaire recentrage du débat sur les questions d'énergies domestiques justifie la conduite d'une étude spécifique sur le biogaz à usage domestique au Cameroun », a expliqué le secrétaire général du MINEE. Le pays avait déjà connu, il y a deux décennies, quelques expériences en la matière avec des hôpitaux dans le Nord-Ouest, le Littoral et des bios digesteurs dans l'Extrême Nord pour usage domestique. Le ministère de l'Énergie et de l'eau espère que le programme national de développement du biogaz va faire accéder les catégories pauvres du pays aux sources d'énergies renouvelables. Il faudra cependant tenir compte des difficultés pour développer un tel programme. A la lumière des témoignages de certains bénéficiaires, l'on retient par exemple que la construction d'un bio digesteur est onéreuse. La consultation totale et la phase démonstrative de l'étude de faisabilité présentée hier ont coûté quelques 37 millions FCFA. D'autres freins au développement du biogaz au Cameroun sont invoqués. Mais, « la mise en place d'un programme national de développement et de promotion de biogaz passe par la définition d'un dispositif institutionnel et réglementaire adéquat, en plus d'objectifs ambitieux mais réalistes et réalisables », a prévenu Duncan Campbell.

   Source : Riaed.net « Un article du Messager Quotidien au Cameroun. »   

Vous etes ici : Actualités Revue de Presse CAMEROUN : 23 biodigesteurs construits en 6 mois